Fusion, dépendance et obsession

Aysseline de LardemelleUncategorizedLeave a Comment

Nous cherchons souvent à l’extérieur de nous ce qui nous ne savons pas nous donner seuls.

  • l’amour de nous
  • l’écoute
  • le bien-être physique
  • le partage
  • les sorties
  • la sécurité émotionnelle
  • la sécurité financière
  • la communion
  • la douceur, …

Nous « utilisons » nos conjoints afin qu’ils nous donnent ce qui nous manque.

ordner

Nous en faisons un dû, un devoir conjugal.

Tu dois m’aimer autrement

Tu dois m’écouter quand je te parle

Tu dois partager avec moi plutôt que regarder la TV

Tu dois sortir plus souvent avec moi au lieu de revenir tard du boulot

Tu dois me faire sentir sécure émotionnellement au lieu de me critiquer

Tu dois m’assurer la sécurité financière

 

  • Tu dois me faire vivre la communion (ie la fusion qu’on a vécu nos premiers jours et que je veux retrouver)
  • Tu dois m’offrir plus de sexe même si tu n’en as pas envie
  • Tu dois m’amener à l’orgasme parce que c’est toi qui en est le maître
  • Tu dois m’offrir plus de douceur dans ta façon de me parler

Nous voulons que l’autre réponde à nos besoins. Nous recherchons la fusion. Et créons des co-dépendances. Je suis dépendante de mon conjoint lorsque j’ai absolument besoin qu’il me regarde avec des yeux d’amour. Je suis dépendante de mon conjoint lorsque j’ai absolument besoin de plus de sexe. Et mon besoin devient obsession.

 

Dès lors qu’il y a besoin et projection que l’autre DOIT y répondre, c’est la guerre. L’autre n’est pas libre puisque nous lui avons mis sur le dos un devoir conjugal. Nous n’aurons alors de cesse de lui reprocher de ne pas répondre à nos besoins au lieu :

d’y répondre par nous même au maximum

et de goûter avec émerveillement les occasions où il aura un désir partagé. Les fois où lui aussi aura envie de m’écouter, de partager, de sexe, de sorties, de douceur…

 

Le véritable amour se passe de besoin. Et dès lors, il ne crée aucune fusion, dépendance et obsession. Il ne soumet pas l’autre à des « tu dois ». Il laisse toute liberté à soi et à l’autre. Il est la rencontre de deux désirs qui tantôt s’accordent, tantôt nécessitent qu’on aille répondre à son désir autrement qu’en harcelant son conjoint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *