J’ai cru pouvoir me changer

A 15 ans, j’ai décrété que je devais me changer. Je ne me trouvais pas assez bien et pensais que c’était la raison de mon manque de joie.

J’ai suivi pendant 25 ans un programme drastique de changement. J’estimais devoir être plus forte, plus positive, moins émotionnelle, plus aimante, plus belle, moins râleuse, plus cultivée, plus patiente, plus compétente, plus libre, plus mince, moins égoïste, moins stressée, plus brillante professionnellement, moins timide, plus …

Toute mon énergie et tous mes moyens y passèrent. J’ai tenté de me raboter certains côtés et de me greffer des branches sur d’autres côtés. C’était douloureux mais j’étais prête à toutes les douleurs dans l’espoir d’atteindre un jour (quand j’aurai coché toutes les cases), le bonheur. Il me fallait mériter mon Paradis terrestre.

régime youtube google gratuit

Je tenais un moment et retombais sans cesse. Je me faisais la guerre comme certains se violentent dans des régimes pour finir par reprendre … plus de poids qu’ils n’en avaient.

Me surveiller sans cesse, lutter contre moi et mes soi-disant défauts, dans la dénégation d’être une femme parfaite, voilà qui m’épuisait. Les instants de bonheur étaient si éphémères.

…Le combat était sans fin, il nécessitait une contrainte continuelle pour un résultat incertain…

 

Byron Katie écrit : « Chaque scénario de stress est une forme de variation sur un thème unique. Croire que « cela ne devrait pas se passer comme cela »

J’agissais tantôt sur moi et tantôt sur les autres et le monde pour « que cela se passe comme j’estimais que cela devrait se passer« . Je ne voyais pas la perfection du moment présent.

A force de lutter pour un avenir meilleur, j’en oubliais d’être heureuse dans le présent.

Lorsque le changement est, à nos yeux, une nécessité absolue, c’est qu’il y a urgence à accepter ce qui est.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *